Jeunes et seniors sous un même toit !

jeudi 30 juin 2016

Depuis quelques années, la colocation a le vent en poupe. Bien connue des étudiants et des jeunes diplômés, elle tend cependant à se développer. Ainsi, l’ère de la cohabitation intergénérationnelle débute offrant aux jeunes et aux seniors de nouveaux horizons.

Cette cohabitation intergénérationnelle consiste d’abord en une rencontre entre un senior et un jeune. La personne âgée met à disposition une chambre meublée en contrepartie d’un échange, d’un partage, d’une présence bienveillante et chaleureuse. Cet échange crée du lien entre les générations, permet de lutter contre l’isolement des seniors en les rassurant tout en facilitant l’accès au logement des plus jeunes. Bref, un échange solidaire gagnant/gagnant.

Concrètement, comment cela se déroule-t-il ?

La cohabitation intergénérationnelle fonctionne sur la base d’un échange solidaire et non monétaire, sauf participation aux frais d’usage. La personne hébergée ne remplace pas une auxiliaire de vie ou une aide à domicile, elle n’est pas un(e) professionnel(le) ! Sa mission principale reste une présence conviviale et sécurisante dispensée le soir, la nuit et le plus souvent possible.

Cependant, le ou la jeune ne doit pas s’engager dans le seul but de décrocher un logement à moindre coût. Il faut un engagement moral, car la cohabitation nécessite un minimum d’échange et de contact.

La constitution des binômes est encadrée par une association

L'association définit les étapes préalables :

  1. Une rencontre individuelle permet de remplir un dossier de candidature et de connaître les motivations et les attentes des futurs hébergés et hébergeurs.
  2. Une mise en relation permet à l’hébergeur et l’hébergé de faire connaissance.
  3. La cohabitation peut démarrer après la signature d’une convention personnalisée d’hébergement et de la charte des droits et des devoirs de chacun.

L’association se charge du suivi du dispositif sur son secteur. 

Une opportunité de vivre une aventure humaine riche et intense !

Plus de 4 000 binômes déjà constitués 

Plus de 10 ans d’expérience pour les associations pionnières de ce dispositif en France et plus de 4000 binômes constitués sur toute la France depuis son démarrage en 2006. Le réseau LIS France (Logement Intergénérationnel et Solidaire) peut s’enorgueillir d’avoir réactivé des relations entre les générations qui existaient pourtant autrefois.

Vous êtes intéressé ?

Il existe plusieurs associations sur le territoire aquitain :

Bordeaux et ses alentours

Association Vivre avec
Téléphone : 06 50 72 48 99
E-mail : contact@logement-solidaire.org
Site internet : http://www.logement-solidaire.org

Pays basque, Landes et Bigorre 

Association Maillâges
Téléphone : 06 60 43 19 42
E-mail : associationmaillages@gmail.com
Site internet : www.journal-factotum.com/infos/maillages-2

Pau et Béarn

Association Presse Purée
Téléphone : 06 83 51 66 92
E-mail : pressepuree64@orange.fr
Site internet : www.pressepuree64.fr

Témoignages

Georgette (83 ans) et Caroline (35 ans) ont vécu ensemble durant quelques mois. Voici leur retour d'expérience très positif :

Caroline
Ces quelques mois m’ont permis de vivre une expérience enrichissante. Habitant à une cinquantaine de kilomètres de l’école d’infirmières, il ne m’était pas possible de rentrer tous les jours chez moi, surtout que les routes ne sont pas extraordinaires, en particulier en hiver.
Là, le fait de pouvoir me "poser" chez Georgette  m’a permis de suivre cette année universitaire beaucoup plus sereinement. En plus, nous étions proches tout en étant chacune indépendante. J’ai eu pas mal de travail (je suis en reprise d’études) et j’ai apprécié d’habiter à une quinzaine de minutes à pied de l’IFSI. C’est juste dommage que je n’ai pas connu l’association avant !

Georgette
J’ai eu beaucoup de réticences avant de partir sur de la cohabitation. Mais les deux expériences ont été positives.
Étant farouchement indépendante, j’avais peur d’être gênée par une personne plus jeune, qui ferait la fête, du bruit... Ce n’était pas très grand chez moi ! La jeune Anita étudiait là où j’avais enseigné ! Elle était très calme. Avec Caroline, nous avions plus de points en commun car elle était tout de même plus âgée. Nous ne prenions pas nos repas ensemble car je dîne très tôt et très légèrement. Mais quand elle rentrait, nous passions un moment à parler de ses cours, de ce qu’elle allait faire le week-end ou d’autres choses. Pas longtemps, mais suffisamment pour que je me sente moins seule. Et puis elle partait travailler dans sa chambre.
C’est juste ma santé qui m’empêche de continuer. Et je le regrette...


Commentaires (0)